Skip to content

WikiLeaks e Émile Zola

December 14, 2010
Será o caso WikiLeaks semelhante à “Révolution Dreyfusienne” de que comentou Georges Sorel e colocou em questão a capacidade política dos liberais em face do socialismo?

Será o site WikiLeaks semelhante à folha em que Émile Zola publicou seu inesquecível artigo « J’Accuse…! » em 1898 revelando o escandalo da perseguição política e ideológica a Alfred Dreyfus?

Leia as informações abaixo e avalie se mutatis mutandis qualquer possível paralelo será mera coincidência.

L’affaire Dreyfus (1895 à 1906) consistiu na condenação do capitão Alfred Dreyfus (1859-1935) por ter supostamente divulgado documentos tidos por secretos.

Cette affaire est le symbole moderne et universel de l’iniquité au nom de la raison d’État, et reste l’un des exemples les plus marquants d’une erreur judiciaire difficilement réparée, avec un rôle majeur joué par la presse et l’opinion publique.

WikiLeaks est un site Web lanceur d’alerte, publiant des documents et des analyses politiques et sociétales. Sa raison d’être est de donner une audience aux fuites d’information, tout en protégeant ses sources.

En novembre 2010, le site affirme que : « [les] principes généraux sur lesquels notre travail s’appuie sont la protection de la liberté d’expression et de la diffusion par les médias, l’amélioration de notre histoire commune et le droit de chaque personne de créer l’histoire. Nous dérivons ces principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme. En particulier, l’article 19 inspire le travail de nos journalistes et autres volontaires. »

Les réactions que suscite WikiLeaks sont contrastées. La plupart de ses publications déclenchent de violentes polémiques et des intimidations au plus haut niveau. Cependant, son action trouve aussi des défenseurs.

Depuis juillet 2010, les révélations de WikiLeaks sont relayées par de grands quotidiens nationaux, comme le New York Times, The Guardian, Le Monde, El Pais et Der Spiegel.

***********************************
L’origine de l’affaire dreyfus, la condamnation fin 1894 du capitaine Dreyfus pour avoir livré des documents secrets français à l’Empire allemand, s’avéra par la suite être une erreur judiciaire sur fond d’espionnage et d’antisémitisme, dans un contexte social particulièrement propice à l’antisémitisme, et à la haine de l’Empire allemand suite à son annexion de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine en 1871. La révélation de ce scandale en 1898, par Émile Zola dans l’article de presse intitulé « J’Accuse…! », provoque une succession de crises politiques et sociales uniques en France. À son paroxysme en 1899, l’affaire révèle les clivages de la France de la Troisième République, où l’opposition entre le camp des dreyfusards et celui des antidreyfusards suscite de très violentes polémiques nationalistes et antisémites, diffusées par une presse influente. Elle ne s’achèvera véritablement qu’en 1906, par un arrêt de la Cour de cassation qui innocente et réhabilite définitivement Dreyfus.
Cette affaire est le symbole moderne et universel de l’iniquité au nom de la raison d’État, et reste l’un des exemples les plus marquants d’une erreur judiciaire difficilement réparée, avec un rôle majeur joué par la presse et l’opinion publique.
*******************************************************
Advertisements
Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: